Publié le

Gustav Klimt

Gustav Klimt – 1862 – 1918

Gustav Klimt est un peintre symboliste autrichien et l’un des membres les plus en vue du mouvement Art nouveau et de la Sécession de Vienne.

Peintre de compositions à personnages, sujets allégoriques, figures, nus, portraits, paysages, dessinateur, décorateur, peintre de cartons de tapisseries, cartons de mosaïques, céramiste, lithographe.

Il est le second enfant d’une famille de sept enfants, né à Baumgarten , le 14 juillet 1862 à côté de Vienne. Fils d’Ernst Klimt, orfèvre ciseleur de métaux précieux, et d’Anne Finster, il suit les cours de l’Ecole des arts et métiers de Vienne de 1876 à 1883. Il est l’élève de Ferdinand Laufberger et de Julius Victor Berger. En 1877, son frère cadet Ernst le rejoint.

Ensemble, ils dessinent des portraits d’après photographies qu’ils vendent six gulden pièce.

1879 : Il débute comme décorateur dans l’équipe de Hans Makart à qui il rêvera de ressembler pendant un temps, en participant à l’organisation du Festzug (noces d’argent du couple impérial).

1880 : Gustav Klimt adhère au Künstlerhaus (la Compagnie des artistes), intermédiaire influent entre les artistes et leur public, qui se chargeait de les aider. L’événement le plus important dans ces années est l’achèvement de la décoration des pendentifs du grand escalier du Kunsthistorisches Museum, qu’il mène à bien malgré le décès du maître d’œuvre de ce travail, conduit par le maître Hans Mackart, lequel travail consolide encore sa réputation. Cette même année, le trio enchaîne les commandes : quatre allégories pour le plafond du Palais Sturany à Vienne, plafond de l’établissement thermal de Karlsbad.

1883 : Il crée un atelier et travaille avec son frère Ernst Klimt, qui est orfèvre ciseleur, et Franz Matsh. Il réalise de nombreuses fresques, allégories et emblèmes dans un style néo-classique académique ; la précision de ses portraits est renommée. Il se voit confier la décoration de murs et plafonds de villas mais aussi de théâtres et édifices publics. En 1885, il décore la Villa Hermès, le théâtre de Carlsbad en 1886, les plafonds du théâtre de Fiume en 1893. Entre 1886 et 1888, il peint l’escalier du Burgtheater à Vienne et le style de Klimt commence à se différencier de celui de son frère et Matsch, et à s’éloigner de l’académisme. Désormais chacun travaille pour son compte.

Le talent artistique de Klimt est reconnu officiellement et en 1888,il reçoit, la Croix d’or du mérite artistique des mains de l’empereur François-Joseph. En 1890, il réalise la décoration du grand escalier du Kunsthistorisches Museum et reçoit le prix de l’empereur (400 gulden) pour l’œuvre représentant La Salle de l’ancien Burgtheater, Vienne.

Jusqu’en 1890, Gustav Klimt a un début de carrière fait d’une solide réputation de peintre décorateur répondant à des demandes officielles de peintures architecturales, mais sans réelle originalité. Par la suite, son art devient moderne et plus original. Il s’exprime totalement et librement, comme l’indiquent les inscriptions sur le tableau Nuda Veritas : « Si l’on ne peut par ses actions et son art plaire à tous, il faut choisir de plaire au petit nombre. Plaire à beaucoup n’est pas une solution. »

En 1892, son père meurt d’apoplexie, comme il mourra lui-même. Son frère Ernst meurt également la même année, ce qui provoque la dissolution de la Compagnie.

 

Les années 1902-1903 constituent un tournant dans l’œuvre de Klimt, et une période d’intense créativité. Il entame la réalisation du Cycle d’or (ou « période dorée »), avec les Serpents d’eau, le Portrait d’Adele Bloch-Bauer et Danaé.

  L’arbre de vie                          L’accomplissement

         L’attente                                                         

Le chevalier

Le Baiser, qui est le tableau le plus représentatif du génie de Gustav Klimt et qu’il peint en 1906, sera reproduit dans le thème de L’Accomplissement pour la fresque d’Adolphe Stoclet.

Le baiser

Son œuvre comprend 230 tableaux, dont 54 tableaux représentant des paysages. Ses principaux travaux incluent les peintures, les fresques, les croquis et autres objets d’art, dont plusieurs sont exposés à la galerie Vienna Secession. La profusion des détails, la richesse des décors et de la coloration en sont caractéristiques, ainsi que la précision des portraits. Il utilise souvent les formes phalliques dans ses œuvres, notamment dans Judith II (1909), dans Le Baiser (1907-1908), mais surtout dans Danaé (1907). Un des thèmes récurrents du travail de Klimt est la femme dominatrice, personnifiée par la femme fatale.

Klimt est connu pour son utilisation de l’or dans les peintures, qu’il découvre après avoir vu des mosaïques byzantines de Ravenne.

Judith et la tête de holopherne (1901) – musée du Belvédère (Vienne):

Portrait d’Adele Bloch-Bauer I

En Juin 2004, la Cour suprême des Etats-Unis permet à Maria Altmann, nièce d’Adele Bloch-Bauer, de poursuivre l’Etat autrichien pour obtenir la restitution de cinq peintures de Klimt volées par les nazis en 1938. Gardées par l’Autriche après la guerre, les peintures étaient visibles au palais du Belvédère de Vienne. Les cinq tableaux incluaient le célèbre Adele Bloch-Bauer I, surnommé « la Joconde d’Autriche ».

Le 18 juin 2006, le tableau Adele Bloch-Bauer I est adjugé pour 135 millions de dollars chez Christie’s 10. Il sera exposé au musée new-yorkais Neue Galerie.

Le 7 août 2006, la maison Christie’s annonce qu’elle va s’occuper de la vente des quatre autres tableaux. Le Portrait d’Adele Bloch-Bauer II est vendu aux enchères pour 87,9 millions $, la troisième plus grosse vente lors d’une vente aux enchères à cette époque. Le Pommier I (1912) est vendu pour 33 millions $, La Forêt de Birch (1903) est vendu pour 40,3 millions $ et Les Maisons d’Unterach sur le lac Utter (1916) est vendu pour 31,4 millions $. La vente des cinq tableaux a rapporté 327,6 millions $.

Adele Bloch-Bauer I – peinture à l’huile (1907, 138 × 138 cm) :